1980- MAILLE-TEXTILE

Ces expériences scientifiques, artistiques et professionnelles (voir 1970) ont été à l’origine d’une investigation ininterrompue sur ces questions autour du signe, du signe humain jusqu’à ce jour.
 

   Dans les années 1980, je me suis dégagée progressivement d’un travail d’équipe pour entreprendre un travail plus autonome et personnel.

Je m’attache dès lors à une recherche particulière sur le contenu et la forme des signes produits par l’homme. J’entreprends une étude sur les armures des tissus et les points “tricot” sur Métier à tricoter.

 

 Corpus Point tricot

  Le module de longueur variable du Monoïde est ici remplacé par des carrés noirs et blancs qui correspondent aux fils et aux aiguilles « prises » d’un Métier à tricoter.

Un corpus inédit de 2000 points “tricot” est établi.

  Suite à cette investigation systématique, j’ai travaillé au Centre de Recherches de la Bonneterie à Troyes (Aube) sur Métier Jacquard pour tenter d’appliquer cette méthode au système informatique qui aurait permis une exploration exhaustive comme pour la totalité de la thématique sérielle du Monoïde réalisée sur table traçante d’ordinateur. A l'époque, les Métiers à tricoter n’étaient pas encore assez performants.

Design-Vêtement

 

Cette étude m’entraîne dès 1982 :

  • A créer des collections de fils à tricoter pour la Maison Sartel établie dans les Vosges. A créer des collections « Maille» pour les Maisons : Gudule- Rykiel- Kenzo.
  • A confectionner des vêtements “Sculptures-Objets” aux différentes fonctions qui se transforment et développent leur propre autonomie.

Ils sont diffusés sous la marque : Florence Bouvry.

 

Recherche ethnologique

 

Dans la logique de l’essai qui rapprochait les formes d’écriture les plus anciennes des signes du Monoïde (voir 1970), je mets en relation les différents langages des signes tricotés, tramés, tressés des objets du quotidien et des signes tracés et peints sur les sols et les murs des différents groupes ethniques d’Afrique et d’Amérique.

Cette étude comparée sera validée par un diplôme universitaire en 1993 : Mémoire de Maîtrise en Arts plastiques.

Ce travail universitaire a été mené en proximité étroite (en interface) de ma démarche artistique. J’ai exploité l’étude des signes des objets du quotidien au sein de mon travail pictural.

Florence Bouvry

Plasticienne